L’ancienne Gare

La gare de Seillans

Dès les années 1860, les autorités de la Provence Centrale réclament une ligne ferroviaire. Leur projet visait à relier les localités du Centre Var à la ville de Draguignan, alors préfecture, ainsi qu’aux départements des Alpes-Maritimes, d’une part, et des Bouches-du-Rhône, d’autre part. Ce lien, jugé indispensable pour le développement économique de la région, fut baptisé le « Central Var ».

Le projet fut discuté durant une vingtaine d’années, jusqu’à ce que la ligne Nice – Meyrargues fut déclarée d’utilité publique en 1885. Sa réalisation fut confiée à la Compagnie des Chemins de Fer du Sud de la France, étroitement liée à la Société Marseillaise de Crédit. Les études et le suivi des travaux furent l’œuvre de l’ingénieur des ponts et chaussées Pierre Ferrié.

La ligne Nice – Meyrargues, avec ses 211 km, fut la plus longue de France à voie métrique. Cet écartement de rails avait été choisi pour faciliter son insertion dans le relief, et donc réaliser des économies sur les frais de construction. La section Draguignan – Meyrargues fut inaugurée la première en 1889, suivie par Draguignan – Nice en 1892.

la gare en activité

La gare de Seillans fut construite en 1890. La voie était dotée, à la demande de l’armée, d’un troisième rail à l’écartement des voies standard des grands réseaux français, afin de pouvoir en cas de conflit acheminer du matériel militaire et des troupes par un itinéraire moins exposé que la ligne Toulon – Nice.

Parmi les voyageurs illustres qui empruntèrent la ligne, il faut signaler la Vicomtesse Jeanne Savigny de Moncorps, créatrice de « La Parfumerie de Seillans ». Elle utilisait le train pour la livraison des produits de sa parfumerie et voyageait à bord d’une voiture-salon sur la ligne Draguignan – Nice.

La ligne du « Central Var » fut fréquentée jusqu’en août 1944. A cette date, quatre grands viaducs furent détruits par faits de guerre dans les Alpes-Maritimes. Les trains continuèrent à circuler de Tanneron à Meyrargues jusqu’à la fin de l’année 1949 puis, le débouché sur Nice n’étant pas rétabli, la ligne fut fermée en 1950, démontée et ses emprises vendues sur toute sa longueur. Une grande partie de la plateforme a été transformée en voies publiques de différentes natures : sentiers, chemins, pistes, rues ou routes, et offre diverses possibilités de balades toutes plus séduisantes les unes que les autres. Aujourd’hui, elle est le support local du tracé de la piste cyclable « EuroVélo 8 », Vélo route de la méditerranée qui relie Cadix (Espagne) à Athènes (Grece)

Elle subsiste dans la mémoire locale sous le surnom de Train des Pignes, et de nombreux vestiges tout au long de son tracé sont toujours visibles (plate-forme, ouvrages d’art) comme le viaduc du Rayol sur la commune de Seillans.

Localisation